LE  BOUTIS  PROVENÇAL  PIQUÉ  MACHINE

Diantre, j'attends d'ici les grincements de dents !!! Mais puisque les machines existent pourquoi ne pas les utiliser ? ...

 

Personnellement cela me permet de réaliser plus d'ouvrages et également de passer plus de temps sur l'embellissement de mes boutis. (Oui je sais, "le travail du boutis se suffit à lui-même, nul n'est besoin d'en rajouter !" me direz-vous, sauf que moi j'aime les perles et les rubans et la broderie alors je mélange tout cela juste parce que ça me fait plaisir et que je trouve ça beau !).

Donc, certains des modèles que je propose ont été piqués à la machine (environ 5%) et peuvent également être réalisés à la main, par-contre ceux réalisés à la main ne peuvent pas forcement être piqués à la machine.

En effet, lorsque les dessins présentent de petits motifs, le piquage machine nécessite beaucoup de nœuds et de superpositions de coutures, tout cela est long et fastidieux pour un résultat moins beau et un plaisir moins grand ! De ce fait, je vous conseille de bien réfléchir au choix que vous allez faire. Main ou machine ?

 

 

Voilà 2 exemples de boutis en soie piqués à la machine :
 

Boutis provençal piqué à la machine
Comment faire du boutis à la machine

Pour un piquage réussi à la machine voilà donc quelques petits conseils :

 

- Régler votre machine sur de petits points, faire un essai sur une chute de tissu. 
- Avant de commencer le piquage, réfléchir au trajet que vous allez suivre pour éviter les nœuds et les superpositions de coutures qui risquent d’alourdir visuellement votre travail.
- Piquer lentement pour bien suivre le tracé et bien repiquer sur les 1ères coutures 
lorsque vous êtes obligés de revenir en arrière (sur 3 ou 4 cm maximum).
- Couper vos fils et faire un nœud plutôt que revenir en arrière sur une trop longue distance. 
- Pour arrêter vos fils, ne pas faire un aller/retour à la machine mais couper vos fils à 8 cm environ de la fin de la piqûre, 
les faire passer sous l’ouvrage puis faire un nœud dont vous rentrerez les 2 brins dans le rembourrage. Procéder de même en début de piquage. 
- Si votre dessin contient de nombreux vermicelles 
(lignes droites formant des canaux et constituant souvent le fond du motif), couper la batiste pour le dessous de l’ouvrage dans le biais afin que l’ensemble ne se déforme pas au piquage.

- Ne jamais mélanger travail à la main et travail à la machine sur un même ouvrage.

 

 Sachez enfin qu’une fois terminé votre boutis aura un aspect un peu plus rigide, moins souple s’il est réalisé à la machine

car il aura été moins manipulé et n’aura pas cette 1ère « patine » due au travail à la main. 

 

 

Envie d'essayer ? Choisissez un modèle en cliquant ICI